La « famille » ou comment justifier des activités malsaines sous prétexte de faire partie d’un groupe…

    C’est une expression que j’ai souvent entendu de la part des dirigeants de club sportif : « nous sommes une grande famille ! » et j’avoue que cet argument a fait mouche. Moi qui ai toujours fait « tache » où que j’aille, l’idée de faire partie d’un groupe m’a complètement séduite. J’ai trouvé ça génial de me le proposer…

    Après sept années de fréquentation de sports de combat, j’ai évidemment un petit peu plus de recul…

    Si tu es un peu perdue, et pour savoir si tu entres vraiment dans une famille ou dans un club d’enfoirés, il faut effectivement se poser quelques questions. Des questions que je vais t’exposer ici afin de te faire gagner du temps et t’éviter pas mal de séquelles psychologiques conséquentes à ton entrée dans ce petit monde …

    Dans son sens restreint, la famille est un « ensemble de personnes apparentées vivant sous le même toit. » définition du Petit Robert, édition 2019, p. 1009.

   Par apparentées, on entend : « qui ont des liens de parenté », à savoir un ancêtre commun ou par extension une parenté par alliance. Et effectivement, ce genre de club existe. On peut très bien entrer dans un club tenu par des gens de la même famille. On voit parfois les parents gérer et leurs enfants reprendre la suite, pourquoi pas… Souvent les enfants sont tombés dedans quand ils étaient petits. Même s’ils sont encore un peu verts, les compétences de base sont là, les années d’expérience feront le reste.

   Donc voici déjà quelques questions à te poser si tu es une femme et que tu entends ce discours de la merveilleuse grande famille dans laquelle tu vas entrer :

  • Es-tu un homme (physiquement)? ou Es-tu le frère, le fils, le cousin (même le cousin d’un copain, l’oncle du garagiste, ça peut faire l’affaire) de l’instructeur ou du président (de la présidente, ça marche aussi)? Oui c’est une question bizarre à se poser pour une femme, assez paradoxale par rapport à ce que je viens d’écrire précédemment, clairement…
OUI NON

Cet article ne te concerne pas vraiment mais tu peux le lire pour évoluer et comprendre ce qu’une femme vit dans ton club… parce qu’il faut savoir que les garçons sont souvent plus recherchés dans ce domaine que les femmes (qui ne sont pas persévérantes, sont chochottes, pleurent pour rien, les débiles, ont toujours mal quelque part, ne savent pas faire de pompes ou 2 maximum, empêchent les mecs de se concentrer sur autre chose que leur cul, blablabla, blablabla…)

Tu es donc bel et bien une femme (ou parfois, l’un et l’autre, ou tu ne reconnais ni dans l’un ni dans l’autre). Tu pars déjà avec un handicap quand même ! Franchement, tu aurais été clairement un « homme », ça nous aurait arrangés !

Si tu as répondu oui, tu es un homme dans le sens classique du terme, tu n’as donc pas vraiment de problème pour intégrer cette belle famille.

Si tu as répondu non, tu es donc une femme ou quelqu’un qui ne ressent pas de distinction de genre, et là… c’est tout de suite moins facile d’intégrer « la fameuse famille » alors je vais t’aider avec la question suivante :

  • Es-tu la sœur, la fille, la belle-fille, la nièce, la tante ou même la mère de l’instructeur ?

OUI

NON

Parfait. C’est très rare, tu sais ! Souvent les membres féminins de la famille, ne viennent pas prendre des cours, elles en ont tellement marre du guerrier au repas de Noël. Bravo !  Tu en redemandes !

     Tu n’as donc aucun lien de parenté avec l’instructeur et tu voudrais quand même faire partie de la grande famille parce qu’on te l’a proposé… alors question suivante…

Tu as répondu oui, super, tu es chez toi (enfin on pourra tous faire semblant, promis, on a trop peur que l’instructeur nous démonte la tête). La notion de famille par alliance explique aussi pourquoi tant d’instructeurs promulguent automatiquement leur femme (ou surtout celle qui couche avec eux en fait) dans la gestion administrative, dans le passage des ceintures, à la table des juges, entretenant ainsi l’idée que coucher est une voie d’accès logique et naturelle pour les femmes d’obtenir un quelconque pouvoir dans le club. Le gros avantage : nul besoin de faire ses preuves comme les autres femmes qui bizarrement n’obtiennent jamais le poste ou ne le garde pas longtemps (parce que justement elle ne couche pas… sont chiantes)… Mais c’est un autre débat sur lequel je reviendrai plus tard…

Si tu as répondu non…

Du coup, es-tu prête à coucher avec l’instructeur pour obtenir plus facilement une place dans la « famille » ?

OUI NON

Tout ira bien pour toi. Tu n’auras pas la reconnaissance de ton titre, c’est vrai mais tu pourras faire semblant d’être super compétente et jouir de ton pseudo-pouvoir. Tu seras intégrée à la famille. Normal ! Tu donnes de ta personne (bon tu t’illustres dans un domaine sans aucun rapport avec le sport de combat mais quand même, ça reste un sport de contact… on justifie comme on peut…) Tu remplis les dossiers, tu gères les préparations de stage, tu organises la fête de Noël, (tu feras le ménage ensuite d’ailleurs), tu fais la photo de groupe, tu vérifies les cotisations, tu fais les déclarations d’accident à l’assurance, tu fais le sale boulot quoi… souvent tu fais tout ce que l’instructeur lui-même ne sait pas faire mais chuuut c’est un secret. Tu fais partie de la famille en tant que boniche du club, y a pas de sot métier. Pas de panique, ton niveau en sport de combat n’a aucune importance, on te donnera ta ceinture par peur des représailles de l’instructeur. Ensuite, on essaiera de te refourguer la section enfant parce que t’es une femme : c’est normal de torcher les mouchards des autres, non ? Sois rassurée, c’est une super option.

Ca se gâte… Jusqu’à présent, en huit années, je n’ai rencontré que trois femmes qui avaient toute la reconnaissance qu’elles méritaient et qui étaient réellement intégrées par la gente masculine (sans histoires de coucheries, si si, incroyable, juste avec leurs compétences ! Attention, je ne dis pas qu’il n’y en a que trois en France, je dis juste qu’en huit ans, à faire tous les clubs possibles de la région, à faire beaucoup beaucoup de stages dans d’autres disciplines, je pense n’avoir rencontré que 3 femmes qui « semblent » réellement intégrées dans une grande famille de mecs pratiquants le sport de combat … Maintenant je n’ai pas fait tous les clubs ! )

Si tu as répondu oui, tout s’est arrangé pour toi, tu couches, tout va bien.

Si non, voici la question suivante…

  • As-tu déjà un niveau de dingue parce que tu as commencé à 10 ans et/ou que tu es militaire de formation, dans la gendarmerie, dans la police, que tu es donc déjà surentraînée par rapport au reste de la petite famille que tu veux intégrer ?
OUI NON
Bienvenue dans cette famille ! Bon, c’est vrai que si tu es dans cette situation, tu t’en fous d’intégrer cette petite « famille » parce que t’en as peut-être déjà plusieurs : la vraie et/ou ta corporation, ta discipline. En fait, on t’intègre automatiquement mais dans ta situation, c’est toi qui t’en tapes complètement… (pour info, il faudra peut-être quand même passer à la casserole…)

Couche avec l’instructeur. Si tu ne veux toujours pas intégrer la famille en couchant, c’est bien dommage ! C’est quand même comme cela qu’on réussit dans les sectes aussi.

Si tu as répondu oui, c’est tout bon pour toi, tu es intégrée alors que t’en avais pas vraiment envie, c’est marrant.

Si c’était non :

  • Es-tu prête alors à t’entraîner quatre fois plus que certains hommes, à devenir meilleure que certains hommes mais à toujours entendre que « ce n’est pas comme cela qu’il faut faire, attend je vais te montrer » par le blaireau du coin ?
OUI NON

C’est génial mais désolée, cela ne suffira pas… Si tu supportes tout cela, on t’appréciera plus ou moins, c’est vrai… mais quand même, c’est chiant, tu restes une faible femme à qui il faut tout expliquer…

Couche avec l’instructeur (solution la plus rapide, je t’assure).

Si tu as répondu oui, super ! Tu es donc à la fois persévérante, douée et soumise ? Barbie, c’est toi ?? (Mais comment est-ce possible de faire tout cela en étant du plastique ? Impressionnée…).

Si tu n’es pas Barbie, pur fantasme masculin qui n’existe donc pas en réalité, et que tu as donc répondu non… Si tu ne veux toujours pas et que tu t’imagines entrer dans cette grande famille par ton engagement, ta détermination, ta persévérance, ton mental de guerrière (les grandes valeurs mises en avant par la famille que tu veux intégrer justement…)

  • Es-tu prête à te faire rabaisser publiquement au moins ? genre l’instructeur t’interpelle en plein cours alors que tu t’apprêtais à prendre la parole et t’empêche de t’exprimer parce qu’ « on ne donne pas la parole aux salopes »… tout cela bien évidemment devant un groupe de mecs. C’est une bonne blague qui fait beaucoup rire certains – pas tous heureusement… ça sent le vécu hein… mais sois rassurée, à toi aussi on expliquera ensuite qu’il faut, je cite : « apprendre à avoir de l’humour »…

Alors, es-tu prête à te faire insulter et rabaisser ?

OUI NON

Super ! Bon tu ne seras intégrée que comme salope de service, à laquelle on peut balancer les pires horreurs parce qu’elle ricane bêtement sans oser se rebiffer face à quelqu’un d’intimidant (ben oui tellement facile d’humilier les autres quand on le groupe derrière soi). Tu n’auras, de ce fait, pas vraiment de reconnaissance, ni de véritable intégration à la grande « famille » puisque de toute façon, tu restes une bonne femme, faible en plus, parce que tu endures les insultes en souriant. (A croire qu’en plus t’es stupide, tu ne te rends même pas compte que ce sont des insultes). Mais si, mais si, on te l’assure, tu fais désormais partie de la famille ! On a toujours besoin d’un faible de secours pour se défouler et fédérer un groupe… Welcome la B-E (Bouc-Emissaire)!

pfff, tu ne nous aides pas à t’intégrer non plus ! Mets-y un peu du tien… A croire que cette « grande famille », t’as peut-être pas trop envie d’y entrer hein… Mais pourtant t’as l’habitude quand même, quand tu te balades toute seule dans la rue, quand tu prends le métro, quand tu refuses les avances d’un mec… un peu plus un peu moins, tu pourrais faire un effort ! Et puis souris un peu s’il te plaît aussi. Ah mince, c’est justement pour ce problème que tu t’es inscrite…

Si tu as répondu oui, tu es tout à fait logique, pas de souci, tu ne sais pas te défendre, c’est pour cela que tu viens, tu te laisses donc humilier par un groupe de mecs pour espérer en faire partie, c’est cohérent, ça se tient.

Si tu as répondu non :

Es-tu prête au minimum à trahir tes propres valeurs pour respecter celles du groupe ?!

OUI NON

Toi, y a longtemps que tu couches avec l’instructeur et que tu obtiens du pouvoir en échange hein ?! Maligne va !

Il faut vraiment que tu changes tes valeurs quoi ! Y en a marre aussi, t’as vu tout ce que j’ai écrit pour que tu t’intègres ?! Comment ça, l’idée de piétiner le ventre de personnes allongées sur le dos – punition rencontrée de nombreuses fois dans des clubs – te fait automatiquement penser à du châtiment corporel (strictement interdit par la loi) ! Mais naann, ça te fait penser à des chefaillons qui se vengent parce qu’ils ont subi la même chose… ? Mais naan ce n’est pas un pouvoir autoritaire, malsain et absolu sur des pauvres gens qui viennent apprendre et n’ont pas conscience de l’abus mais se sentiront tout de même humiliés d’avoir été pris pour des paillassons ?! T’es folle toi ! (Tu remarqueras : petite phrase extraite du violentomètre…). Du coup, il faut maintenant passer à la dernière question, c’est malin…

Si tu as répondu oui, je comprends que tu empêches volontairement l’intégration d’autres femmes dans TA « famille », c’est vrai, elles sont peut-être comme toi… ou pire, peut-être qu’elles n’auront pas besoin de coucher pour réussir, on ne sait jamais…

Si tu as répondu non :

Es-tu prête à arrêter de réfléchir et à obéir aveuglément aux ordres donnés (en toute affection bien-sûr…) par cette adorable famille soudée et aimante ?

OUI NON

On sait, t’as pas besoin de réfléchir, tu couches déjà avec l’instructeur et il réfléchit pour toi, on a compris…

Désolée meuf, cherche-toi une autre famille, dégage …